Historique

La première rivière

1950-1957 : Pour le compte d’Electricité de France, F. Ravier commence à étudier l’hydrologie du massif. Cet hydrogéologue génial et solitaire réalise de nombreuses colorations et analyse les eaux du massif. Il pose les bases théoriques de tous les mécanismes de circulation des eaux souterraines du massif. C’est lui qui délimite et nomme avant qu’ils soient découverts les deux grands systèmes hydrogéologiques de la Pierre: Saint-Vincent et Saint-Georges. il trace les cours hypothétiques des rivières souterraines.

1951-005

Marcel LOUBENS à l’entrée du puits Lépineux

1950 : Parallèlement aux travaux de ravier, les prospections près du col de la Pierre continuent. Lépineux, Occhialini et Cosyns découvrent un minuscule orifice qui domine une grande verticale estimée à plus de 300m. Le puits Lépineux vient d’être découvert.

1951 : Première descente du puits Lépineux par Geoges Lépineux. La verticale de 320m est descendue au treuil.

1952: Les troupes ont grossi depuis 1951. Comme chaque année, Cosyns dirige l’expédition et a conçu un nouveau treuil. Casteret retrouve l’équipe. Plusieurs faits nouveaux marquent cette année. La presse couvre l’événement et un camp souterrain est installé à la base de la grande verticale. Les choses commencent bien : trois immenses salles sont découvertes et la rivière souterraine est atteinte à -500m. son exploration commence mais est interrompue par l’accident mortel de Marcel Loubens. Accident dû à la rupture de l’attache du câble sur le harnais. Malgré la tentative désespérée d’une équipe de scouts Lyonnais, le corps de pourra être remonté en surface. La presse se déchaîne.

1953 : Queffelec arrive à la Pierre avec un nouveau treuil. Les scouts Lyonnais dont Michel Letrone et Louis Ballandraux et quelques espagnols se joignent aux explorateurs du gouffre. Le fond de la salle de la Verna est atteint à -734m. record du monde en profondeur à l’époque. Les lyonnais franchissent le premier siphon de la résurgence d’Illamina.

lamina

Dans Laminako Ziloa

1954 : Au terme d’une opération qui aura dans le public un impact médiatique nouveau pour l’époque, le corps de Loubens est ressorti du gouffre. Mais,  »les flonflons de la gloire se sont tus » et les acteurs du drame, fatigués ou simplement blasés quittent la Pierre St Martin. Une époque s’achève mais une autre débute dans l’ombre de l’expéditions française : les spéléos espagnols de Institucion Principe de Viana dirigés par le Dr Penuela avec Arcaute, Santesteban, Eraso, entreprennent d’importantes recherches à proximité et au sud de la Pierre .

Share Button